La tente, suite et fin

Lundi 9 : Poligny –> Thareau – 60,97 km – 4h16

Pour cette nouvelle journée, nous ne roulons plus que sur le trajet de l’eurovéloroute numéro 6, celui de la Loire à vélo s’étant terminé la veille. Le parcours nous fait assez rapidement quitter le canal latéral à la Loire, pour emprunter des petites routes de campagne vallonnée.
Nous passons près de fermes avec des troupeaux de vaches charolaises.

Le soir, nous trouvons un sympathique spot de bivouac en bord de Loire. Les oiseaux sont de la partie, la nuit promet d’être bonne malgré la pluie qui commence à tomber.

Bivouac à Thareau

La nuit s’annonce bien à Thareau

Mardi 10 : Thareau –> Bourbon Lancy – 30,36 km – 2h13

Au réveil cependant, mauvaise surprise : les coutures du tapis de la tente ne sont manifestement plus étanches et n’ont pas résisté à la pluie continue de la nuit. Nous découvrons une grosse flaque d’eau sous nos tapis de sol, provenant de divers endroits.

Drapeau de pirate

Pirate !

Les prévisions météo ne sont pas bonnes : nous décidons de faire une pause à Bourbon Lancy pour réfléchir au sec et trouver une solution.
Nous dénichons un gîte communal faisant office à la fois d’auberge de jeunesse et de centre de réinsertion : une fois les employés partis, nous nous retrouvons complètement seuls dans les lieux.

Une fois bien au chaud, et après mûres réflexions, nous décidons de racheter une tente : nous ne pouvions que rafistoler la nôtre, ce qui promettait de ne pas tenir pour les deux ans qui viennent.
Nous nous souvenons alors que notre ami Nicolas a de la famille le long de notre itinéraire : il nous met très gentiment en relation avec sa cousine Virginie qui habite à Dole, et chez laquelle nous nous ferons livrer la nouvelle tente.

Nous optons pour la Keron 3 de Hillberg et allons nous coucher sereins.

Mercredi 11 : Bourbon Lancy –> Palinges – 70,46 km – 4h27

Au réveil, nous finalisons la commande de la tente, et profitons de l’accès à Internet pour demander un échange en Poste restante à Cyclo-randonnée : le Thermos d’Alex à en effet le mauvais goût de ne pas garder les boissons chaudes, ce qui commence à être sérieusement problématique avec les températures que nous avons en journée.

La journée se poursuit sous la pluie, entre les troupeaux de charolaises embourbées. Nous commençons sérieusement à avoir envie d’un steak.

Vaches

Bon appétit

Château de Digoine

Château de Digoine

Nous arrivons à Palinges avec la nuit. Avec l’humidité et la fatigue en bonus, nous achevons l’arceau de notre abside qui rend définitivement l’âme en cassant en deux endroits. Un bricolage digne de MacGyver nous permet de tenir la nuit et nous nous félicitons d’avoir commandé la Hillberg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *