Première frontière !

Dans notre dernier article, nous vous avons quittés à notre arrivée à Montbéliard. Nous y avons passé une très chouette soirée chez Elisabeth et Benoît, rencontrés grâce à Warmshowers. Comment la soirée pourrait-elle être mauvaise, après une douche bien chaude, un petit verre d’alcool de noix et des quiches maison ?!

Elisabeth, Benoît et leurs quatre enfants sont des habitués des voyages à vélo. Nous passons la soirée à nous raconter nos histoires respectives. À huit, la table est vivante et joyeuse, ça nous change de nos tête à tête sous la tente !

Benoît, Elisabeth et leur fils aîné

Benoît, Elisabeth et leur fils aîné

Mercredi 18 janvier 2017 : Montbéliard –> Dannemarie –> Illfurth – 38 km – 3h

Le lendemain matin, sur les conseils de l’Apple Care, Marie se rend à la boutique agréée Apple de Montbéliard… mais elle est fermée exceptionnellement ce jour-là. Un coup de téléphone plus tard à la boutique de Mulhouse, dernière sur la route avant l’Apple Store de Bâle, et c’est le désenchantement : eux seront bien ouverts quand nous y passerons, mais ils n’ont pas d’adaptateur iSight vers USB en stock.
En supposant que ce soit bien de là que vienne l’impossibilité d’importer les photos et les vidéos sur l’iPad, il leur faudrait renvoyer la pièce défectueuse à Apple pour en recevoir une et nous la transmettre. Autrement dit, cela nous immobiliserait des jours et des jours à Mulhouse !

Marie téléphone alors de nouveau à l’Apple Care, qui ne peut alors que confirmer la théorie d’un problème venant de l’adaptateur et non de l’iPad. La bonne nouvelle, c’est qu’à l’Apple Care de Bâle, ils ont tous les adaptateurs iSight et tous les iPad de rechange qu’il faudra. La mauvaise, c’est qu’en théorie il faut prendre rendez-vous plusieurs semaines à l’avance pour pouvoir faire réviser son matériel…
L’interlocutrice de l’Apple Care conseille donc à Marie de se présenter à l’ouverture de la boutique lorsque nous serons à Bâle, et de croiser les doigts pour qu’ils acceptent de se pencher sur son problème.

Pendant ce temps-là, Alex révise entièrement les vélos. C’est plus concluant de son côté puisque les câbles ont dégelé pendant la nuit, grâce au séjour qu’ils ont passé dans le garage : les freins sont de nouveau utilisables, et les plateaux de Marie passent de nouveau.

Nous prenons le temps de déjeuner avec Elisabeth et les enfants avant de décoller. Elisabeth propose ensuite très gentiment de nous accompagner jusqu’à la sortie de Montbéliard avec l’une de ses filles, pour nous montrer le chemin.

L’eurovéloroute est toujours enneigée et truffée de plaques de verglas. Nous décidons de reprendre les départementales pour arriver jusqu’à Illfurth.
Notre départ tardif de Montbéliard ne nous laisse pas beaucoup de temps pour rouler : pour ne pas pédaler de nuit, nous faisons de nouveau une (toute) petite portion de route en train.

Arrivés en gare d’Illfurth, nous sommes accueillis royalement par Etienne, rencontré via Couchsurfing mais cycliste lui aussi.
Il nous fait redécouvrir la cuisine alsacienne, avec des flammekuche customisées, des fleischschnacka, et bien sûr du vin blanc ! On se régale et on se réchauffe en écoutant le récit de son voyage à vélo à travers les États-Unis.

Jeudi 19 : Illfurth –> Bâle – 57,58 km – 4h07

Sur les conseils avisés d’Etienne, la neige n’ayant pas tenu à Illfurth, nous décidons de reprendre le parcours de l’eurovéloroute numéro six.
Nous profitons de nouveau d’une piste cyclable bien roulante.

En chemin, nous rencontrons Melchior, un Allemand de Fribourg venant tout juste de commencer un tour de France à vélo. Il fait trop froid pour réellement prendre le temps de faire connaissance, et nous nous quittons sans savoir pour quelle raison il a décidé de partir à cette période.

Chat sur l'eau gelée

Le gel n’est apparemment pas un problème pour tout le monde

Marie, Melchior, Alex

Avec Melchior

Nous arrivons à Mulhouse un peu avant le déjeuner. C’est l’occasion de récupérer le Thermos d’Alex attendu en Poste restante, mais pas le nouveau bonnet tricoté par sa maman pour Marie. Il n’est pas encore arrivé, et l’employé de la Poste promet que ce sera bon le lendemain.
Le froid nous pousse dans un café à l’accueil plus que désagréable pour écrire quelques cartes postales, puis nous convainc de rester au chaud (mais ailleurs) pour déjeuner.

Nous repartons ensuite pour la Suisse, où nous arrivons en traversant la « petite Camargue alsacienne ». Une belle journée ensoleillée mais très froide !
Nous sommes accueillis à Bâle par Julian, rencontré grâce à Couchsurfing, qui accepte gentiment de nous héberger deux nuits.

Tag à Huningue

En arrivant à Huningue, aux portes de Bâle

Vendredi 20 : Bâle

Pour sa matinée de visite à Bâle, Alex suit les conseils de Julian et arpente aussi bien le quartier historique que le quartier culturel, emprunte quelques ponts et profite du soleil (qui a toujours le mauvais goût de ne pas faire remonter les températures).

Cigognes dans un parc de Bâle

Cigognes dans un parc de Bâle

Bâle

À Bâle

Rue de Bâle

Une petite Rue à Bâle

Hôtel de Ville de Bâle, sur la place du marché

Hôtel de Ville de Bâle, sur la place du marché

Hôtel de Ville de Bâle

Hôtel de Ville de Bâle, bis (précisons que les photos ci-dessus ont été prises par Marie, qui avait gardé l’appareil photo pour les raisons expliquées ci-dessous. CQFD)

Marie quant à elle, se rend à l’Apple Store de la ville pour essayer de faire résoudre son problème. Heureusement, même sans avoir rendez-vous elle est bien accueillie. Un des employés parle même quelques mots de français !

Après un bon temps d’attente et quelques tests, l’adaptateur iSight se révèle bien défectueux. Avec un échange standard, il est enfin possible d’importer photos et vidéos sur l’iPad !
Rien à faire en revanche pour le micro que Marie utilise pour enregistrer ses interviews : il n’est pas possible de les importer directement sur l’iPad, contrairement à ce qu’avait soutenu un des vendeurs de l’Apple Store Opéra à Paris. Le vendeur de la boutique de Bâle explique à Marie qu’elle peut se racheter un nouveau micro, qu’elle n’avait qu’à lire les specs de l’iPad avant de l’acheter au lieu de croire le vendeur Apple, mais que vu qu’elle est vraiment fâchée elle peut éventuellement avoir droit à une petite réduction sur un ordinateur portable, si elle décide finalement de rendre son iPad.

Marie se donne la journée pour réfléchir et part prendre le train pour Mulhouse, où l’attend son nouveau bonnet.
Ah non ! Le nouveau bonnet n’est toujours pas là, contrairement à ce qu’avait promis l’employé de la Poste la veille. Retour à Bâle en train donc, avec la désagréable sensation de ne pas savoir s’il faut se réjouir qu’une partie des problèmes soit résolue, ou s’attrister qu’une autre partie ne le soit pas.

Pour nous consoler, nous passons l’après-midi à importer nos photos et nos vidéos sur l’iPad. Julian et sa copine sortent profiter de la nuit des musées de Bâle, tandis que nous terminons la journée en cuisinant une bonne fournée de crêpes.

Cuisiner des crêpes

Soirée crêpes !

4 Comments

  1. Benoit V

    Merci pour ces nouvelles. Nous avons bien ri quand Melchior est venu dormir à la maison et nous a dit qu’il vous avait croisés. Nous devons le revoir le weekend de la pentecôte dans les Vosges. Nous penserons à vous autour d’une bière……

  2. Hello Benoît !

    Oui il nous a dit qu’il avait envoyé plusieurs demandes Warmshowers mais n’était pas encore fixé pour la nuit… Nous ne pouvions que lui recommander de venir vous voir !!!

    Vous allez pédaler tous ensemble dans les Vosges ? Heureusement il fera bien plus chaud à la Pentecôte !

  3. Mon commentaire, aujourd’hui, 27/12/2017 (sauf erreur de jour, de mois, d’année et… de siècle – c’est dire si je suis plus qu’un peu perdue….) c’est que je pense toujours à vous, à votre GRAND PERIPLE ! et qu’il va sans doute falloir que j’appelle Pierre, mon ami Petrus, pour me remettre un peu dans le coup, dans le bain !
    (enfin le bain…) j’espère justement que vous n’êtes pas noyés dans quelque brouillard, pluie battante, jus immonde qui tombe d’on ne sait quel enfer…
    Et il va falloir que je m’en remette à Petrus, si j’arrive à joindre cet homme très occupé, pour en savoir un peu plus sur vos AVENTURES – que j’espère MERVEILLEUSES ! malgré tout.
    Je ne sais si ce mot vous joindra, et où ??? mais j’espère !
    Je vous souhaite plein de belles choses, belles rencontres, paysages inoubliables, et expériences tout aussi inoubliables, mais dans le BON SENS DU TERME ! Hugh ! j’i dit !!
    La mémé a parlé !
    Oui, je pense toujours à vous ! je vous souhaite plein de belles choses, vous embrasse tendrement et… m’en vais tanner Pierre de mes questions !

    Plein de p’tites bises
    cecile

  4. Mon commentaire, pourtant dûment pensé et écrit…. a disparu !

    mais je pense à vous et à votre grand périple

    Je vais tanner mon ami Petrus pour en savoir plus (et du « plus frais »)

    Je vous embrasse tendrement

    P’tites bises
    cecile
    et maintenant, je vais me prendre les pieds dans le tapis pour expédier ce mot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *