Week-end à Lifou

Du 17 au 20 janvier 2019

Dernièrement, nous avons été invités par un collègue d’Alex, à nous rendre sur Lifou, l’une des quatre îles Loyautés de Nouvelles Calédonie, afin de participer à la construction de sa case.

Nous avions déjà visité l’île des Pins et Ouvéa (une des trois autres îles Loyautés) à l’occasion des vacances d’Alice (article à venir !), mais uniquement en touristes. Venir à Lifou a été l’occasion de découvrir la vie en tribu autrement : nous n’étions plus de simples touristes confinés aux circuits classiques, ni des visiteurs curieux payant pour apprendre à tresser des palmes de cocotiers ou pour dormir dans une case (ce que nous n’avons jamais voulu faire). Nous étions invités par Michel, afin de rencontrer sa famille et de partager son quotidien.

Disons le tout de suite, nous n’avons pas été très utiles ! Construire une case est un travail dur et fatiguant et, comme nous ne savions pas comment procéder, nous ne pouvions prendre aucune initiative. Mais nous avons « donné la main » comme on dit ici, réalisant de petites tâches (mais néanmoins assez fatigantes parfois !) comme masquer des trous ou des défauts avec des lianes, éplucher des morceaux de bois ou des lianes qui avaient été passées au feu au préalable, mettre de la paille à sécher, attacher des traverses aux poteaux verticaux de la case, ou faire quelques gâteaux pour nourrir la bande.

Petit aperçu du week-end en images :

Sur une plage à Lifou, Nouvelle Calédonie
Petit tour de l’île à notre arrivée
Baie au Nord de Lifou, Nouvelle Calédonie
Baie au Nord de Lifou
Cocotiers à Lifou, Nouvelle Calédonie
Des cocotiers…
Flamboyant à Lifou, Nouvelle Calédonie
Un flamboyant, signe que nous sommes encore en été

Lorsque nous sommes arrivés le jeudi, les travaux avaient commencé depuis le lundi. Une bande encore restreinte, aidée de Vincent et Isaline, d’autres collègues infirmiers d’Alex et Michel venus, eux, pour une semaine complète, avaient déjà installé le poteau central de la case, les poteaux latéraux formant le tour, ainsi que les traverses pour le toit. Un échafaudage au centre venait compléter le tout, afin que nous puissions poursuivre la construction :

Case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Au commencement : le poteau central, représentant le chef du district, et les poteaux du tour, représentant les petits chefs des tribus formant le district
Liane naturelle pour masquer les défauts d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Une liane pour masquer les défauts
Fagots de bois rose pour case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Des fagots de bois rose, qu’il faudra éplucher pour le tour et les poteaux de la partie basse de la case

L’étape suivante a consisté à compléter l’échafaudage, afin de pouvoir circuler à hauteur du toit de la case, l’objectif étant alors de venir ensuite installer des troncs de gaïac tout autour du toit. Le bois est d’abord brûlé pour le rendre élastique, afin de pouvoir le courber et le fixer sur les traverses à l’aide de clous, puis de lianes :

Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
La petite bande à l’œuvre : Jordy, Alex, Michel, Jean-Baptiste, Jean-François et Saï
Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
On évite de lâcher la branche…
Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
JB pose un clou pour que la traverse reste en place…
Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
… et Antoine met un petit coup de tronçonneuse pour couper ce qui dépasse
Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Dans la joie et la bonne humeur
Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
C’est reparti pour compléter le tour
Pose des traverses pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Deux tours de faits !
Liane pour masquer les défauts d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Alex enroule une liane pour masquer des défauts sur une traverse de la case
Traverses verticales pour le toit d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Jean-François et Antoine posent des traverses plus fines pour le toit, qui viendront soutenir ensuite la paille
Structure d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
La structure du toit est terminée !
Plumage de poulets à Lifou, Nouvelle Calédonie
Emma et Jean-François plument les poulets tirés un peu plus tôt par Saï, parce qu’il faut bien des forces pour tous ces travaux !
Epluchage de bois rose et de gaïac pour une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Petite pause épluchage de bois rose et de gaïac avec Saï, Emma, Alex (caché derrière), Michel, Jordy et Jean-François
Pose de bois verticaux pour une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Jordy commence à poser les bois verticaux pour compléter la structure de la case
Bois de structure verticaux sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Tous les bois verticaux sont posés ! Avec JB à gauche, pompier à Lifou
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Ce n’est pas parce que la nuit tombe qu’il faut arrêter de bosser ! Joannes, Michel, avec sa fille Marguerite et l’un de ses deux fils, et Patrice (aussi capitaine du bateau que nous avons pris pour aller plonger) continuent à éplucher le bois qui complètera les parois verticales
Epluchage de bois rose pour une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Fin d’épluchage d’une branche de bois rose
Début de la pose de la paille sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
On commence à poser la paille, en partant du bas (« en brousse », comprendre dans les tribus de la Grande Terre, on commence par le haut)
Pose de la paille sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Antoine et Jordy s’attèlent à la pose de la paille
Renforcement des murs d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Vincent et Alex attachent des traverses aux murs de la case
Pose de la paille sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Petit interlude pour recaler une fenêtre dont le tour n’avait pas été bien cloué
Echafaudage dans une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
L’échafaudage, qui servira par la suite pour la pose de la paille
Toit à l'intérieur d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Vue du toit, de l’intérieur de la case
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
De l’autre côté, la bande continuer de poser les traverses en bois rose et entame la pose de la paille
Pose de la paille sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
La paille qui continue de sécher en attendant d’être utilisée
Pose de la paille sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Fixation des dernières bottes avant d’atteindre le toit
Intérieur d'une case traditionnelle en construction à Lifou, Nouvelle Calédonie
Vue depuis la porte, qui ouvre la case vers le Nord

Petit interlude pâtisserie pour le dernier jour. Au programme, un gâteau au chocolat, un crumble aux pommes et un quatre-quarts au citron qui n’ont pas fait long feu.

À Lifou, Nouvelle Calédonie
Emma, Marie et Isaline

En Nouvelle Calédonie, il est fréquent d’avoir une cuisine à l’extérieur. Soit avec une zone de feu et une zone de vaisselle un peu plus loin (ici à droite, à l’extérieur du cadre de la photo), soit avec de l’électroménager qui a simplement été installé dehors.

Cuisine d'extérieur à Lifou, Nouvelle Calédonie
Le déjeuner sera bientôt prêt !
À Lifou, Nouvelle Calédonie
Vincent, Jordy et Alex s’offrent une petite pause

Après la réalisation d’une coutume qui marque le début du paillage au-dessus de la porte, les travaux recommencent :

Paillage d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
On commence à s’installer sur le toit…

Pour fixer la paille sur la case, les bottes de paille séchée sont disposées côté à côte, et ensuite fixée grâce à des morceaux de bois rose disposés en travers. Ceux-ci seront ensuite attachés avec un fil de fer (voir plus bas). Les bottes sont superposées en étage pour masquer les traverses en bois :

Paillage d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Transition de la paille du « mur » au toit

Lorsque l’on commence à installer la paille sur le toit, un échafaudage extérieur devient nécessaire. Ici, ce sont des traverses attachées par des lianes à d’autres morceaux de bois faisant office d’étais :

Paillage d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Eh oui, ça tient !

Pour fixer la paille, on utilise des fils de fer que l’on passe à travers le toit, grâce à de longues aiguilles taillées dans des morceaux de bois rose. L’un des dangers de cette construction, puisque de l’autre côté du toit, il faut éviter d’avoir la main posée juste à l’endroit où l’aiguille sortira…

Fixation de la paille à l'intérieur d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Joannes qui supervise (ou qui fait une pause en papotant ?)
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Ça commence à prendre forme !
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Le premier échafaudage commence à être trop bas…
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
… alors il faut le remonter d’un cran !

Pour atteindre le haut du toit et terminer la case, il faut positionner l’échafaudage plus haut. Les bouts de bois sont alors posés sur des crochets de métal, eu-mêmes suspendus à l’armature du toit à travers la paille. La case a alors intérêt à avoir été construite bien solidement, pour supporter toutes les personnes qui viendront se positionner sur ce nouvel échafaudage :

Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Installation des crochets plus haut sur le toit
À Lifou, Nouvelle Calédonie
Marguerite et Marie. On n’a jamais trop chaud pour un câlin, n’est-ce pas ?
À Lifou, Nouvelle Calédonie
Dernière ligne droite avant la fin…

La case sera surmontée par un « chapeau » posé tout en haut du toit. Et exactement comme pour la case, c’est l’occasion de transmettre le savoir-faire de génération en génération.

Création du chapeau pour une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Le début de la création du chapeau, qui sera constitué de bottes de paille séchée
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Mais où sont-ils tous ?
Création du chapeau pour une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Pendant ce temps, le chapeau avance
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Aller, on y retourne ! La plus jeune génération est en place (enfin, celle en âge de participer à la construction d’une case !)
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Derniers conseils prodigués par les aînés
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Puis la jeune génération termine le travail…
Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
… tandis que la génération du dessus commence à se reposer
Pose du chapeau sur une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Pose du chapeau

Vous noterez le « chantier propre » sur cette photo : au fur et à mesure de l’avancée des travaux, il y a toujours eu quelqu’un pour nettoyer le terrain entre deux phases de construction de la case :

Construction d'une case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Il ne reste plus qu’à descendre et retirer les échafaudages extérieurs et intérieurs
Photo de groupe devant la case à Lifou, Nouvelle Calédonie
C’est fini !

Après une coutume finale, tout le monde peut enfin se reposer, dîner et papoter tranquillement.

Case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Jean-François, Isaline, Jean-Marie, Vincent et Alex
Case traditionnelle à Lifou, Nouvelle Calédonie
Bonne nuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *